Stéphane Pajot : les Jours de Fête de Jacques Tati

Publié le par Stephane Pajot

Les jours de Fête
de Jacques Tati

Editions D'Orbestier - 2006

159 pages - 15€
22x24 cm
nombreuses photos




LE SUJET

Jacques Tati a inventé une langue universelle : son cinéma. De Nantes à Tokyo, de Rio de Janeiro à Londres, les films de cet immense cinéaste restent la référence mondiale d’un style inimité.

De Sainte-Sévère-sur-Indre…
En 1947, retour sur les pas de l’auteur de Jour de Fête, son premier long-métrage au cœur de la France profonde, avec le fameux facteur et sa tournée "à l'américaine".

…à Saint-Marc-sur-Mer
En 1951, retour sur son second film culte, pour rire avec les garnements d'hier sur la plage des Vacances de Monsieur Hulot. À l’âge de la retraite, ils racontent aujourd’hui leur étonnante aventure dans un tournage aux odeurs, couleurs et ambiances de l’après-guerre.

Dans l’univers magique de Tati
- avec Jacques Tati en personne, à travers une interview inédite exhumée des archives d'un ancien journaliste ;
- avec ses secrets de fabrication, par sa scripte Sylvette Baudrot ;
- avec son dernier compagnon de route, André Pierdel, chef accessoiriste et illusionniste ;
- avec des documents et des photographies exclusives ;
- avec des dessins inédits, des extraits de textes, des critiques, des articles oubliés ou méconnus.


EXTRAIT DE PRESE - La Nouvelle République - mercredi 15 novembre 2006

“ Les Jours de fête de Jacques Tati ”

C'est le titre du livre de notre confrère nantais Stéphane Pajot qui a publié de nombreux romans, essais et livres de mémoire sur une région qu'il aime. Stéphane Pajot est passionné de Jacques Tati ; son premier ouvrage « Les Vacances de M. Tati », salué par la critique, a connu un grand succès. Il récidive cette année, avec une nouvelle moisson de lumineux témoignages.

Le cinéaste s'était caché près de Sainte-Sévère-sur-Indre, au « Marembert » durant la Deuxième Guerre mondiale.

Avec son ami et coscénariste Henri Marquet, ils avaient promis aux habitants qu'ils reviendraient y tourner un film pour les remercier de leur hospitalité. Ce sera « Jour de fête », premier long-métrage de Tati, réalisé durant l'été exceptionnellement chaud de 1947, avec la complicité des habitants de Sainte-Sévère.

Stéphane Pajot est revenu sur les lieux du tournage, recueillant les confidences des derniers témoins. Dans son ouvrage figure des interviews de Tati exhumée des archives d'un ancien journaliste, de Sylvette Baudrot sa scripte, d'André Pierdel chef accessoiriste et illusionniste. On y trouve des documents et des photographies exclusives, des dessins inédits, des extraits de textes, des critiques, des articles oubliés ou méconnus.

Notre confrère s'est livré à de multiples investigations. Il écrit : « Soixante ans plus tard, dans ce Berry bucolique, la silhouette du facteur avec ou sans son vélo, reste omniprésente.

On la guette à chaque virage de campagne, à chaque coin de rue. En 1947, les habitants participèrent au tournage avec bonheur. Le cafetier devint le garde champêtre, le vrai facteur ne l'était plus… Même en semaine, les villageois mettaient leurs habits du dimanche afin de paraître dans le film. Après les prises, ils se changeaient et la dure réalité des travaux agricoles reprenait son cours. »

Stéphane Pajot a rencontré à Sainte-Sévère et dans la région, des gens qui se souviennent du tournage et qui de nombreuses anecdotes.


Commenter cet article