Stephane Pajot : la Mort de Jacques Vaché

Publié le par Stephane Pajot


Editions D'Orbestier - 2002

112 pages - 12 €
format 14,5 x 22,5 cm
illustré


Histoire d'un fait divers surréaliste


Vous me croirez disparu, mort, et un jour - tout arrive - vous apprendrez qu'un certain Jacques Vaché vit retiré dans quelque Normandie. Il se livre à l'élevage. Il vous présentera sa femme, une enfant bien innocente, assez jolie, qui ne se sera jamais doutée du péril qu'elle a couru.
Jacques Vaché à André Breton


LE SUJET

Nantes, 6 janvier 1919. Dans la chambre 34 du Grand Hôtel de France, place Graslin, le docteur de la Rochefordière tente de ranimer un jeune homme qui agonise sur un lit. Il n'y arrivera pas.
Il est 18 heures. Jacques Vaché, 23 ans, est déclaré mort. Allongé près de lui, un autre nantais, Paul Bonnet, est décédé peu de temps avant. Inexpérimentés, ils ont succombé à une surdose d'opium après en avoir fumé et ingéré plusieurs boulettes.

Les journalistes du Phare de la Loire, du Populaire et de Ouest-Eclair relatent l'événement. A travers leurs articles, la main courante et les rapports inédits du commissariat central de Nantes, l'auteur invite à redécouvrir ces faits tragiques qui marqueront - par la voix de son maître - les prémices du surréalisme.

André Breton, pape du surréalisme, a publié juste après la disparition de Jacques Vaché, les lettres qu'il recevait de lui.

Il ne cessera de parler de cet ami, de ce "maître dans l'art d'attacher très peu d'importance à toutes choses (...) c'est à Jacques Vaché que je dois le plus. Le temps que j'ai passé avec lui à Nantes en 1916 m'apparaît presque enchanté (...) je sais que je n'appartiendrai à personne avec cet abandon."
André Breton considérera toujours cette disparition comme un suicide : "Sa mort eut ceci d'admirable qu'elle peut passer pour accidentelle."


Jacques Vaché reste un personnage énigmatique, imprégné de la dérision de Jarry et témoin du désarroi des combattants de la Grande Guerre.

La Mort de Jacques Vaché évoque la dernière nuit du militaire en permission, à partir d'archives qui n'avaient pas été publiées à ce jour. Ce fait divers, entre fiction et réalité, est aussi l'occasion d'évoquer un moment fort de l'histoire, à Nantes - la ville surréaliste -, qui pansait à peine les blessures vives de la première Guerre mondiale.




IMAGES
cliquez sur les images pour les agrandir


images extraites du livre "La mort de Jacques Vaché" de Stéphane Pajot

Commenter cet article